Marlène DIETRICH, une femme complexe et une actrice décomplexée.

Marlène DIETRICH est une actrice et chanteuse née dans la région de Brandebourg en Allemagne, deux jours après Noël de l’année 1901. Marie Magdalene DIETRICH (elle ne se fait pas encore appeler Marlène) est une fille très studieuse. Elle fréquente très tôt une école pour fille de 1907 à 1917 avant de rejoindre l’École supérieure de musique de Weimar, où elle prend des cours de violon. En 1921, elle prend des cours de théâtre et se fait très vite remarquer par le célèbre réalisateur américain Joseph VON STERNBERG. C’est à partir de ce moment que la vie de Marie Magdalene va changer !
Marlene Dietrich
Marlene Dietrich © Vogue Photo

Son premier film s’appelle : L’énigme, mais c’est son second long métrage qui la propulse sur la scène nationale, puis internationale.

Elle joue dans L’ange bleu en 1930, réalisé par ledit Joseph VON STERNBERG.

Ce film retrace l’histoire d’un enseignant dans un lycée, Mr RATH. Ce dernier est très sévère envers ses élèves usant d’une éducation et d’une morale très conservatrice. Quand un soir il apprend que ses élèves fréquentent le cabaret de la ville, l’ange bleu, il décide d’aller les chercher sur place pour leur faire la morale. Cependant, une fois que Mr RATH a franchi la porte du cabaret, il tombe amoureux de Lola-Lola (jouée par Marlène), une jeune danseuse du lieu. L’enseignant décide de tout plaquer pour aller vivre avec sa nouvelle compagne. Il quitte le lycée, sa maison, sa ville et ses mœurs afin de suivre Lola-Lola dans ses tournées.

Affiche film l'Ange Bleu
Affiche film l'Ange Bleu

Au delà d’une simple romance entre deux amants ne répondant pas aux mêmes coutumes, ce long métrage va beaucoup plus loin que ça, en mettant très clairement en avant le pouvoir paradoxal qu’une femme peut avoir sur un homme qui la désire.

C’est le désirant lui-même, qui se met en esclave face à sa désirée, c’est lui même qui accorde les pouvoirs à son amante, jusqu’à changer radicalement de mode de vie et de pensée pour ne plus la perdre. Marlène n’a pas seulement charmé Mr RATH, elle a charmé tous les hommes de son époque.

Marlene Dietrich à la mode “Garçonne” des années 1920
Marlene Dietrich à la mode “Garçonne” des années 1920

L’émancipation des Femmes et de leurs corps est un combat qui est aussi passé par le septième art. Marlène DIETRICH en est la cristallisation.

Marlène est une femme de son temps, étant sans aucun doute touchée par la première vague féministe (1850-1940). Les suffragettes de la fin du XIXe siècle, les garçonnes de l’entre deux guerre, la libération de la parole féminine dans la littérature, tant d’idées pouvant traduire cette première vague féministe, idées qui suivront Marlène toute sa vie.

Affiche film Coeurs brûlés (ou Marrocco à l’origine)
Affiche film Coeurs brûlés (ou Marrocco à l’origine)

Coeurs-Brûlés (ou Marrocco à l’origine) est le second film du duo DIETRICH-VON STERNBERG.

Amy JOLI (Marlène DIETRICH) est une chanteuse qui se produit au Maroc et plus précisément au cabaret de Mogador. C’est dans ce lieu que le jeune légionnaire Tom BROWN (Gary COOPER) et le fortuné La Bessière tombent amoureux d'Amy, au même moment. S'ensuit un combat farouche entre les deux hommes !

Le jeune légionnaire est envoyé en mission dans une région éloignée du Maghreb, La Bessière peut alors se marier librement à Amy. Mais, est ce aussi ce qu’elle désire ? Est-ce que cela compte ?

Marlène vient de jouer coup sur coup le rôle d’une femme avec des moeurs disons, plus libre que celles de son temps. On voit très clairement une rupture entre le mode de vie de Marlène, que ce soit derrière l’écran ou dans sa vie la plus intime, avec les attentes qu’avait la société d’une jeune femme qui était passée par une grande école.

L’après STERNBERG est assez compliqué pour Marlène. Elle joue dans plusieurs films, notamment pour la société Paramount à la fin des années 1930 mais ne parvient pas à retrouver la célébrité qu’elle a eu lors de la sortie des deux films précédents. Les réalisateurs la nomme “Box-Office Poison” (ou la poison du bon-office), ce à quoi notre actrice répond :

“Tout ce que je sais, c'est que lorsqu'un des gars de la direction a besoin de rembourser son emprunt, ils m'appellent avec une idée de film”

Affiche film La belle ensorceleuse
Affiche film La belle ensorceleuse

C’est le réalisateur René CLAIR qui va réussir à rendre à Marlène sa gloire perdue avec son film La belle ensorceleuse, sorti en 1941.

Ici, Marlène joue le rôle d’une comtesse qui s'installe à la Nouvelle-Orléans. En réalité, la comtesse Claire LEDOUX (Marlène DIETRICH) n’est comtesse que de nom, et cherche un homme fortuné comme mari. Cette dernière séduit un banquier très simplet (pour ne pas dire naïf) et fait aussi la rencontre d’un jeune marin nommé Robert LATOUR, si peu riche comparé au banquier. Claire peut se marier avec un homme bien placé socialement ou avec l’homme le mieux placé dans son cœur. De plus, voici qu’arrive Zolotov, un ancien amant de Claire, qui l’a connu en Russie. Il révèle par maladresse la vraie identité de Claire, son titre de comtesse est usurpé...

Encore une fois, Marlène joue le rôle d’une femme vivant une vie très libre comparée à celle de la plupart des autres femmes de sont temps. La belle ensorceleuse porte bien son nom et on peut comprendre pourquoi René CLAIR a décidé de faire jouer Marlène dans ledit rôle.

Avant la Seconde Guerre mondiale, HITLER souhaitait que Marlène revienne dans son pays d’origine. C’est à ce moment qu’elle a dit une phrase restée célèbre :

“HITLER est un idiot !”

Marlène a réussi à ensorceler le führer lui-même. Elle se naturalise américaine en 1939 et ses films se font bannir en Allemagne dès le début des années 1940.

Doucement, elle se lie même d’amitié avec notre Edith PIAF nationale ! C’est après une seconde période difficile dans le cinéma, qu’elle décide de se mettre au chant au début des années 1950. Elle compose et chante plusieurs chansons, ce qui permet à Marlène de rebondir après sa période compliquée. Sa chanson la plus connue est sortie en 1955 et s’intitule Dis-moi où sont les fleurs, qui est une composition ouvertement contre la guerre froide.

On se souvient donc de Marlène DIETRICH comme de cette artiste pluridisciplinaire aux multiples facettes. Femme de Rudolf SIEBER à ses début, fiancée fidèle de Jean GABIN, amante discrète de Joseph KENNEDY (père du futur président) mais à la fois attachée à aucun de ces trois. Marlène est une femme riche, célèbre et émancipée de tous ses devoirs de femme que la société lui impose. Il serait faux d’en conclure qu’elle est en avance sur son temps. Disons qu’elle fait partie de celles qui ont montré la voie de la seconde vague féministe au début des années 1960.

Marlène reçoit la légion d’honneur en 1989 de la part du président français François MITTERRAND afin de féliciter son engagement contre le régime nazi et son soutient sur le terrain des troupes américaines. En effet, Marlène a passé l’année 1944 à faire des tournées sur le continent en guerre afin de chanter pour le morale des troupes sur place.

Elle décède à Paris en 1992 avant d’être enterrée en Allemagne comme elle le souhaitait, car au fond de nous, on a toujours un petit quelque chose de notre terre natale.

Jordan CAUJOLLE.

Vous avez aimé cet article ? Devenez mécène sur tipeee m’aide beaucoup.
Publié jeudi 22 avril 2021

Aldjia Créatrice et animatrice de podcasts

À tout de suite sur Instagram ou Facebook !