Interview Kate MccGwire

Kate MccGwire, est une artiste sculpteur vivant à Londres. Ce qui inspire l'artiste, c'est la nature ! D'ailleurs, elle éprouve une certaines fascination envers les pigeons. À partir de plumes de pigeons, préalablement récoltées et nettoyées, elle arrive a créer de magnifique oeuvres qui demandent a être découvertes (voir redécouvertes). C'est pourquoi, je vous propose aujourd'hui de découvrir l'artiste et son art à travers une interview.
Kate MccGwire portrait
Kate MccGwire portrait © JP Bland

Comment allez-vous ?

Je vais bien. Après un long hiver et une longue année, je me sens pleine d'espoir, avec l'arrivée du printemps.

Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis une artiste britannique, vivant à Londres. Je travail principalement avec la plume comme médium. J'ai passé mon enfance dans les Norfolk Broads et mes premiers souvenirs de ce paysage, dominé par les zones humides, les cours d'eau serpentins et la faune qui vit le long des eaux de la région, constituent les fondements de ma pratique, qui s'inspire des cycles, des motifs et des dualités de la nature.

Kate MccGwire portrait
Kate MccGwire portrait © Tessa Angus.

Quelle est votre formation artistique ?

J'ai étudié au Royal College of Art de Londres et obtenu un MFA en sculpture en 2004.

Avant cela, j'ai étudié une licence en beaux-arts à l'University College for the Creative Arts de Farnham, dans le Surrey.

Quelle a été votre première création artistique ?

Ma première œuvre d'art est un dessin d'une plume que j'ai dessiné à l'âge de 10 ans.

Drawing of a feather - 10 years old
Drawing of a feather - 10 years old © Kete MccGwire

Parlez-moi de votre art. Quelles sont vos sources d'inspiration ? Et quel est votre message au monde ?

Ayant grandi entouré des paysages des Norfolk Broads, mon travail est inspiré par les cycles, les motifs et les dualités de la nature.

Je m'intéresse particulièrement à la faune aviaire, bien que je travaille avec de nombreuses sources de plumes, je suis particulièrement fasciné par les pigeons, les oiseaux, qui, bien que communément perçus comme de la vermine, ont été vénérés par les colombophiles à travers les âges.

Kate MccGwire, CAVORT (2020), detail
mixed media installation with pheasant feathers and bespoke mirror mount 52 x 440 x 240 cm
Kate MccGwire, CAVORT (2020), detail mixed media installation with pheasant feathers and bespoke mirror mount 52 x 440 x 240 cm © Jonty Wilde

Aujourd'hui encore, un petit groupe de détenteurs enthousiastes utilise les pigeons pour les courses, en raison de l'instinct de retour et de la capacité unique des oiseaux à revenir à leur point de départ exact après avoir migré sur plusieurs milliers de kilomètres. Ces éleveurs marquent les plumes de leurs pigeons de course avec des messages et des numéros de téléphone, de sorte que si les oiseaux s'égarent pendant une course, ils peuvent être ramenés. J'aime conserver ces marques humaines dans mes œuvres, comme un témoignage des voyages effectués par les oiseaux.

Dans un passé récent, les pigeons ont traversé des eaux périlleuses pour transmettre des messages à travers le monde, notamment aux soldats de première ligne pendant les deux guerres mondiales en Grande-Bretagne.

"Je souhaite attirer l'attention sur ces héros méconnus et, à travers ma pratique, j'aime prendre des matériaux négligés et méprisés pour créer des objets de valeur et de beauté qui encouragent les spectateurs de mon travail à y regarder à deux fois"

Kate MccGwire, DRIFT (2018)
mixed media with white pigeon feathers 100 x 300 x 20 cm
Kate MccGwire, DRIFT (2018) mixed media with white pigeon feathers 100 x 300 x 20 cm © JP Bland

Pouvez-vous décrire votre environnement de travail / votre atelier ? et votre quotidien ?

Je me réveille généralement au chant des oiseaux vers 6 heures du matin et, en tant que nageuse passionnée, je commence ma matinée par un plongeon dans la rivière. Après la baignade, je prends mon petit-déjeuner avec mon compagnon Carlo, puis je promène notre chien, Echo, avant de me rendre à mon atelier, qui se trouve à bord d'une péniche néerlandaise de 20 mètres de long datant du début du XXe siècle. Le studio est entouré d'animaux sauvages : ce matin encore, j'ai vu des troglodytes nicher devant mes fenêtres, des mésanges bleues, des martins-pêcheurs, des cormorans, des canards et des perruches. C'est un endroit merveilleux pour créer.

Je travaille à la lumière du jour, écoutant souvent des livres audio pendant que je sculpte ou dessine. Avant le début du confinement, mes assistants de studio m'accompagnaient sur la péniche, mais cette année, je travaille seul. Je travaille jusqu'au coucher du soleil, puis j'emmène Echo faire une promenade en début de soirée, avant de retourner au studio jusqu'à 20 ou 21 heures. La solitude du soir est le moment le plus productif de ma journée.

Kate MccGwire, SOMINAL (2019)
mixed media with pigeon feathers in oak cabinet 63 x 68 x 48 cm
Kate MccGwire, SOMINAL (2019) mixed media with pigeon feathers in oak cabinet 63 x 68 x 48 cm © JP Bland

Pouvez-vous m'indiquer les dates et les lieux de vos prochaines expositions ?

Une monographie sur mon travail sera publiée par Anomie au début du mois d'avril, que vous pouvez retrouver ici.

Je devais aussi avoir une exposition personnelle à la Galerie Les Filles du Calvaire à Paris à peu près à la même période, mais en raison de la situation sanitaire, le projet a été reporté au mois d'avril de l'année prochaine.

Quel est votre prochain défi ?

En ce moment, je travaille sur plusieurs commandes privées de grande envergure et j'ai des projets passionnants pour construire un nouveau studio de deux étages le long du quai où mon studio est amarré.

Que pensez-vous de la représentation des femmes artistes dans le monde de l'art ?

"Je pense que les femmes artistes sont sous-représentées dans l'art, J'ai observé que si la plupart des personnes qui suivent mon travail sont des femmes, mes collectionneurs sont des hommes, ce qui en dit long"

Un message à passer ?

J'ai remarqué que depuis le confinement, les gens ont ralenti leur rythme de vie et sont plus attentifs à la nature et aux "petits détails" de la vie. Moi qui ai toujours été attirée par ces détails, je suis heureuse de savoir que de nombreuses personnes me rejoignent dans ce voyage et que je ne suis plus considérée comme aussi excentrique qu'avant !

En ce moment, je lis "Where the Crawdads Sing" de Delia Owens, qui capture parfaitement la gloire de la solitude. Je parlerai de ce roman sur le podcast Art Fictions animé par Elizabeth Fullerton et Jillian Knipe en avril, dans le cadre d'une série de discussions d'artistes qui prennent un livre fictif choisi par l'artiste comme point de départ pour parler de sa pratique et de sa façon de penser.

Kate MccGwire, CAVORT (2020)
mixed media installation with pheasant feathers and bespoke mirror mount 52 x 440 x 240 cm
Harewood House installation view
Kate MccGwire, CAVORT (2020) mixed media installation with pheasant feathers and bespoke mirror mount 52 x 440 x 240 cm Harewood House installation view © Jonty Wilde

Vous avez aimé cet article ? Devenez mécène sur tipeee m’aide beaucoup.
Publié samedi 24 avril 2021

Aldjia Créatrice et animatrice de podcasts

À tout de suite sur Instagram ou Facebook !